Sommaire [ 1-15 ]
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6
7 | 8 | 9 | 10 | 11
12 | 13 | 14 | 15

Sommaire [ 16-30 ]
16 | 17 | 18 | 19 |20
21 | 22 | 23 | 24 | 25
26 | 27 | 28 | 29 | 30

Sommaire [ 31-45 ]
31 |
32 | 33 | 34 | 35
36 | 37 | 38 | 39 | 40
41 | 42 | 43 | 44 | 45

Sommaire [ 46-60 ]
46 | 47 | 48 | 49 | 50
51 | 52 | 53 | 54 | 55
56 | 57 | 58 | 59 | 60

Sommaire [ 61-75 ]
61 | 62 | 63 | 64 | 65
66 | 67 | 68 | 69 | 70
71 | 72 | 73 | 74 | 75

Sommaire [ 76-90 ]
76 | 77 | 78 | 79 | 80
81 | 82 | 83 | 84 | 85
86 | 87 | 88 | 89 | 90

Sommaire [ 91-105 ]
91 | 92 | 93 | 94 | 95
96 | 97 | 98 | 99 | 100
101 | 102 | 103 | 104 | 105

LES CHRONIQUES DE PROLOGUE
Par : AUGUSTIN LEBEAU [ 1851-1852 ]
Formation des équipes

Prologue, mercredi 4 février 1852

Ce matin, les enfants n'ont pas tardé à entrer en classe. C'est aujourd'hui que mademoiselle Élisabeth Tremblay forme les équipes pour la partie de hockey prévue pour dimanche.

Mais, avant de passer à cette question, elle demande aux enfants de garder silence et de prier pour Paulin Larose afin qu'il se rétablisse vite et revienne en classe. Tous ferment les yeux et joignent les mains. Dans leur coeur, ils prient pour Paulin.

Puis, elle frappe des mains pour ramener les enfants de leur tristesse.

— Je vais vous lire les règlements du jeux et comme ça on pourra ensemble éclaircir les points obscurs. Bon, soyons organisés. Maxime, tu vas aller au tableau noir, prendre la craie et écrire : nombre de joueurs: six de chaque côté. J'en profite pour faire la leçon d'arithmétique. Il va falloir m'additionner tous ces chiffres! Pierre, si six joueurs composent chaque équipe et qu'il faut deux équipes, combien de joueurs avons-nous en tout?

Pierre est tout excité, plus par l'idée de la partie que par l'idée de résoudre le problème que mademoiselle lui a soumis.

— C'est facile mademoiselle; 6 + 6 font 12. Il faudra choisir 12 joueurs.

La réponse rapide de Pierre épate les petits qui sont encore en train de compter sur leurs doigts.

— Nous aurons donc 12 joueurs. Dans chaque équipe, il y aura un gardien de but, 2 joueurs à la défense et 3 joueurs à l'avant.

— À la défense de quoi mademoiselle et à l'avant de qui, demande Pauline Papineau?

— Bonne question, ma petite. Nous réfléchirons à tout ça quand nous aurons terminé d'inscrire tous les renseignements que nos amis du futur nous ont fournis, dit-elle, bien embarassée par la question.

— Moi, j'sais, clame Venance Cloutier. Si vous voulez bien m'dame, je vais vous faire un dessin au tableau.

Mademoiselle Élisabeth acquiesce de la tête et Venance se rend tout joyeux au tableau. Sur le tableau noir, le jeune indien trace un grand rectangle. Il y dispose des petits cercles. Douze en tout. Et avec sa craie et ses deux bras il explique aux enfants ébahis par tant de connaissances.

— C'est facile, c'est comme à la crosse. Il y a deux gardiens de but qui empêcheront la rondelle, c'est-à-dire le crotin, de passer entre deux poteaux. Les défenses aident le gardien à défendre son but. Les avants foncent à l'avant du jeu pour mettre le crotin dans le but adverse et les ailiés se tiennent sur les côtés du jeu, comme les ailes d'un oiseau, et aident les avant à monter le crotin à l'autre bout.

Le résultat est assez impressionnant : un rectangle rempli de lignes et de flèches entremêlées de petits cercles et de barbouillage où seul Venance semble s'y retrouver. Estomaqués, les yeux ronds comme des boutons, les enfants se grattent la tête. On n'y comprend rien, mais comme cela arrive souvent, on ne veut pas passer pour un ignorant en posant une question après une si brillante démonstration.

— Est-ce que tout le monde aura son crotin, demande finalement Pauline?

Les éclats de rires fusent.

— Ben non, voyons! il y a une seule rondelle et tous les joueurs tenteront de la mettre dans le but adverse.

— Mais il va y avoir de la chicane, ajoute Pauline, pas convaincue de la réponse de Venance.

— Ben ça arrive souvent, ajoute Venance et c'est pourquoi c'est pas un sport de filles.

— C'est pas un sport de filles parce que c'est un jeu idiot, lance Pauline choquée de la réponse de Venance.

Évidemment une telle répartie provoque le chahut dans la classe. Les filles acquiescent et les garçons lancent des «hou hou» pour signifier leur désaprobation.

— Silence, ça suffit, tonne mademoiselle Tremblay. Calmez-vous, je vais nommer les deux capitaines. Ce seront Guillaume Rasmussen et Mathieu Martin.

Des hourras bruyants se font entendre. Les écoliers sont contents de ce choix. Guillaume et Mathieu sont reconnus pour leur habileté et leur force dans tous les jeux. Ils sont reconnus aussi pour être respectueux des règles et justes envers leurs équipiers.

— C'est à vous deux de choisir les membres de votre équipe. Vous allez tirer à la courte paille pour déterminer qui choisira le premier joueur.

L'instant est important! Les deux capitaines s'avancent solennellement. Puis, ils regardent la classe: déjà ils ont une bonne idée. Mathieu choisit une paille et la cache derrière son dos. Guillaume prend l'autre et fait de même. Puis, ensemble, ils montrent leur paille à mademoiselle Élisabeth. C'est Mathieu qui gagne le droit de choisir le premier joueur. Un lourd silence envahit la classe.

Équipe de Mathieu Martin (les Habitants de Montréal/rouge): Denis Tremblay, François-de-Sales Martin, René Lebeau, François-Régis Simard, Charles Bernier.

L'équipe de Guillaume Rasmussen (les Habitants de Québec/bleu): Jean-Marie Lavoie, Bernard Hamelin, Mathiews Harris, Anthony Prologue et Roland Bergeron.


Augustin Lebeau, journaliste

La grange Yankee
et
l'enclos des chevaux.
La résidence du juge de paix.

Donald Laprise

Chez Donald Laprise

La chambre des enfants transformée en chambre d'amis.
Chez Donald Laprise
Percepteur seigneurial

Le bureau

Chez Donald Laprise

Le salon de la résidence.