Sommaire [ 1-15 ]
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6
7 | 8 | 9 | 10 | 11
12 | 13 | 14 | 15

Sommaire [ 16-30 ]
16 | 17 | 18 | 19 |20
21 | 22 | 23 | 24 | 25
26 | 27 | 28 | 29 | 30

Sommaire [ 31-45 ]
31 |
32 | 33 | 34 | 35
36 | 37 | 38 | 39 | 40
41 | 42 | 43 | 44 | 45

Sommaire [ 46-60 ]
46 | 47 | 48 | 49 | 50
51 | 52 | 53 | 54 | 55
56 | 57 | 58 | 59 | 60

Sommaire [ 61-75 ]
61 | 62 | 63 | 64 | 65
66 | 67 | 68 | 69 | 70
71 | 72 | 73 | 74 | 75

Sommaire [ 76-90 ]
76 | 77 | 78 | 79 | 80
81 | 82 | 83 | 84 | 85
86 | 87 | 88 | 89 | 90

Sommaire [ 91-105 ]
91 | 92 | 93 | 94 | 95
96 | 97 | 98 | 99 | 100
101 | 102 | 103 | 104 | 105

LES CHRONIQUES DE PROLOGUE
Par : AUGUSTIN LEBEAU [ 1851-1852 ]
Sommaire [ 46-60 ]

• Chronique numéro 46
• Mercredi, le 28 janvier 1852

Poildru retrouve les enfants.
Les recherches se poursuivent. Ils sont dans les tunnels. Ils y ont passé la nuit. Édith, la soeur de Paulin, pense à Poildru, le chien de Paulin. Rapidement, l'animal indique l'endroit où les enfants sont ensevelis.


• Chronique numéro 47
• Dimanche, le 1 février 1852

Amputation de deux doigts.
Malgré les bons soins du docteur Harris, le jeune Paulin doit se faire amputer les deux doigts de la main gauche. Il se rappellera longtemps de la fameuse « affaire des tunnels ».


• Chronique numéro 48
• Mardi, le 3 février 1852

Placotage au magasin général.
Mathilde Duchesne et Anabelle discutent de choses et d'autres : le grand timide Ovide Polansky, les deux doigts du jeune Larose, l'idylle des jeunes Papineau et Caldwell, la dernière frasque des chats de Mathilde, etc.


• Chronique numéro 49
• Mercredi, le 4 février 1852

Formation des équipes.
Il faut choisir les membres de chaque équipe qui s'affronteront dimanche dans la première partie de hockey de ce siècle. Il y a des discussions sur les règles mais le jeune Venance Cloutier explique aux ignorants.


• Chronique numéro 50
• Jeudi, le 5 février 1852

La vengeance des filles.
Écartées de la partie de hockey, les filles préparent une vengeance. Pendant ce temps, les femmes préparent l'équipement de hockey. Avec les instructions données par les enfants du futur, on se débrouille avec les moyens du bord.


• Chronique numéro 51
• Vendredi, le 6 février 1852

Arbitre et juges de lignes.
Donald Laprise accepte d'être l'arbitre de cette fameuse partie de hockey. Ses fils seront les juges de lignes. Mais Pierre a un oeil sur la maîtresse d'école. Cette dernière se charge d'expliquer les règles du jeu aux trois hommes.


• Chronique numéro 52
• Samedi, le 7 février 1852

Pratique de hockey sans crotin.
Les garçons sont très drôles avec leur équipement. Ils se rendent quand même sur la patinoire pour procéder à un exercice de hockey. Malheur! Tout le crotin ramassé avec peine a disparu. Serait-ce un coup des filles?


• Chronique numéro 53
• Dimanche, le 8 février 1852

Partie de hockey mémorable.
Les filles acceptent de rendre les crotins dérobés aux garçons. Après le dîner, la partie commence. On fait des paris sur les gagnants. On s'amuse ferme sur la patinoire. Finalement, la partie tourne à la rigolade...


• Chronique numéro 54
• Mercredi, le 18 février 1852

Médecin et apothicaire.
Charles Harris et Oscar Pépin se promènent dans le rang de la montagne. Ils discutent de médecine et plus particulièrement du docteur James Douglas, un ami de Charles qui lui écrit régulièrement d'Égypte.


• Chronique numéro 55
• Lundi, le 23 février 1852

Tentative de vol à l'auberge.
Un quêteux sourd et muet se présente à l'auberge Harfang des Neiges. Les aubergistes l'accueillent, lui donnent le couvert et le gîte. Mais ce dernier avait des plans. Malheur à lui, il goûtera au piège de Maurice pour décourager les voleurs.


• Chronique numéro 56
• Vendredi, le 27 février 1852

Le parcours de la course de raquettes.
Mademoiselle Tremblay demande à ses élèves de tracer le parcours de la course de raquettes qui aura lieu bientôt au village. Elle en profite pour leur donner différents problèmes à résoudre.


• Chronique numéro 57
• Dimanche, le 29 février 1852

Paris sur la course de raquettes.
Malgré les interdictions du curé, les hommes se réunissent pour prendre des paris sur la course. Chacun a son favori. Évidemment, Eustache Lavoie et Léon Simard ne partagent pas les mêmes idées.


• Chronique numéro 58
• Mercredi, le 3 mars 1852

Cornélius Krieghoff à Prologue.
Pétronille Papineau a convaincu le peintre Cornélius Krieghoff de venir passer quelque temps à Prologue. Ce dernier observe et fait des croquis. Madame Papineau est en pâmoison devant le peintre.


• Chronique numéro 59
• Dimanche, le 7 mars 1852

Club des raquetteurs au manoir.
Les membres du club des raquetteurs sont arrivés à Prologue. Au salon du manoir, chacun y va de ses prétentions sur le sort de la course. Ces bavardages agacent le seigneur et ses filles.


• Chronique numéro 60
• Mercredi, le 10 mars 1852

Départ de la course de raquettes.
Les concurents sont sur la ligne de départ de la fameuse course. Une nouvelle inscription fait jaser. Une femme, Lucille lavoie, a décidé de prendre part à la course. Finalement, les voilà partis.
La grange Yankee
et
l'enclos des chevaux.
La résidence du juge de paix.

Donald Laprise

Chez Donald Laprise

La chambre des enfants transformée en chambre d'amis.
Chez Donald Laprise
Percepteur seigneurial

Le bureau

Chez Donald Laprise

Le salon de la résidence.